Pavlok : des électrochocs pour conditionner ses habitudes

Pavlok : des électrochocs pour conditionner ses habitudes
Pour changer ses habitudes, des buts précis sont programmables avec le bracelet connecté Pavlok. En cas de réussite, l'utilisateur est récompensé. En cas d'échec, il est puni par un électrochoc, une perte d'argent ou d'accès à son téléphone.

Qui ne s'est pas juré d'aller courir tous les matins, d'arrêter d'appuyer sur le bouton snooze de son réveil ou de perdre du temps sur Facebook ? Si la prise de conscience et la volonté sont les points de départ de bonnes résolutions, elles ne sont pas toujours suffisantes pour atteindre ses objectifs. Fonctionnant sur le principe du conditionnement opérant (apprentissage skinnerien), plus connu comme le bâton et la carotte, Pavlok est un bracelet connecté délivrant récompenses, compliments et punitions diverses.

A partir de l'application associée, l'utilisateur peut choisir et programmer un objectif, ainsi que la pénalité associée en cas d'échec. Pour cela, l'appareil utilise les données de son téléphone récoltées par le GPS, les applications diverses comme les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux pour suivre le déroulement du programme fixé. Si le but est d'aller à la salle de gym pendant une heure tous les jours, le GPS indiquera que la personne est entrée dans l'établissement et la durée de sa visite. Pour se réveiller à temps sans se rendormir, le bracelet peut capter l'appui sur le bouton snooze du réveil du téléphone et délivrer une punition ou un stimulus. De même, un logiciel est téléchargeable sur son ordinateur pour surveiller l'activité sur certains sites définis par l'utilisateur.

A chacun son degré de souffrance

Côté récompense, le choix varie du simple compliment à un gain d'argent. En revanche, les punitions et les alertes sont beaucoup plus nombreuses et personnalisables. Parmi les punitions indolores, l'application propose de simples vibrations, des signaux lumineux ou sonores, mais aussi le refus d'accès à son téléphone portable ou à un site internet. Si l'on peut recevoir de l'argent comme récompense, il est également possible d'en perdre. Dans ce cas, la somme est reversée à un autre utilisateur ou à l'un de ses contacts.

Et ceux pour lesquels cela ne serait pas assez motivant, Pavlok délivre aussi des électrochocs (sans dangerosité pour le corps humain), dont le réglage de l'intensité est laissé à l'appréciation de l'utilisateur ou à celle d'une tierce personne. En effet, le porteur du bracelet peut s'en remettre à une personne de son choix pour le récompenser ou le punir. Et pourquoi ne pas tout simplement retirer l'appareil pour éviter la punition ? Parce que celui-ci comporte un composant détectant son contact avec la peau.

Par ailleurs, la société précise qu'aucune donnée récoltée n'est stockée sur l'application. Menant une campagne de crowdfunding sur Indigogo, le Pavlok a déjà récolté plus de 149 000 dollars (environ 116 600 euros) sur les 50 000 escomptés. L'appareil pouvant être porté seul sur n'importe quelle partie du corps, en le fixant grâce à des autocollants, le bracelet est vendu à part. Avec une livraison prévue en 2015, les premiers appareils en précommande sont commercialisés au prix de 129 dollars (179 dollars avec le bracelet).

* Photos extraites du site Pavlok : http://pavlok.com/

Article rédigé le 20/10/2014 par Nawal Lyamini De ma penderie à ma salle..., La Femme Connectée, Home 0 1070

Partagez cet article

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.
Prev
Next